Damien Courbet

Son arrière-grand-père était vigneron dès 1869
Son grand-père jusqu’en 1970 exploitait, en polyculture, 3.5 ha de vignes
Son père après un bac philo-grec, suivi d’un an d’œnologie à Dijon avait repris l’exploitation familiale
Damien, son fils est à la tête aujourd’hui d’un joli domaine de 7 ha en appellation Château-Chalon qui se décompose comme suit :
– 3 en Chardonnay,
– 2,5 en Savagnin
– 1,1 en Trousseau
– 0,4 en Poulsard

Il a une solide formation avec un bac scientifique, suivi d’un BTS viticulture-œnologie à Belleville sur Saône et pour finir un diplôme national d’œnologie à Dijon

Mais ses rencontres au cours des stages effectués sont tout aussi importantes, pour confronter les expériences dans d’autres vignobles et ce sont là des grandes régions et de grands vignerons :
– Domaine Merlin à La Roche Vineuse (Mâconnais)
– Domaine Nicolas Potel à Nuits St Georges
– Et enfin un très grand de la pratique en biodynamie Olivier Zind-Humbrecht en Alsace

Auxquelles s’ajoutent des vinifications en Afrique du Sud, en Californie et à Londres

Puis retour dans le Jura natal en 2002

Pour les vinifications, Damien nous explique :

– « Poulsard avec macération courte 3j pour le rosé, 12j pour le rouge.

– Chardonnay élevé en fûts de chêne 228l et un peu en demi muid.

– Savagnin 12 à 24 mois sous voile, issu de parcelles en Côtes du Jura, jeunes vignes de l’AOC Château-Chalon.

– Vin de Paille, en général 50% de Chardonnay, 25% Savagnin et 25% cépage rouge (poulsard, parfois trousseau)

Après comme tous les vins que nous produisons, nous sommes tributaires de la météo de chaque millésime. Donc toutes les années sont différentes. »

Le domaine est en cours de certification « bio »

Son père Jean-Marie, qui a été Président de la Société de viticulture du Jura, estimait déjà que la qualité se prépare dans la vigne :

– pas d’engrais chimique
– lutte raisonnée
– taille réduite
– petits rendements

Pour juger de la qualité historique du Domaine Courbet, on peut lire le compte rendu ci –dessous d’une dégustation d’un côtes du Jura 1959, réalisée par Bettane + Desseauve :
« A en juger par le sublime 1959 ouvert lors de mon dernier voyage par Damien Courbet de Nevy sur Seille, et produit par son grand père Vichot-Girod qui fut un des plus éminents vignerons de sa génération, ils n’ont pas tort. Ce type de vin élevé sous voile comme un vin jaune mais un peu moins longtemps (trois à quatre ans au lieu de 6 ou 7) lui ressemble étonnamment après un long vieillissement, avec un somptueux bouquet complexe où le cuir et le musc ne cachent en rien les innombrables nuances de miel, de froment, d’agrumes, de curry, de noix à peine sèche, et surtout une ampleur de texture et une persistance qu’on ne retrouverait avec cette intensité que sur le plus grand des Hermitages blancs du même âge. J’ai retrouvé intactes les émotions de mes dégustations d’il y a vingt ans dans le caveau du regretté Henri Bouvret qui généreusement ouvrait tant d’extraordinaires flacons de sa collection pour marquer à vie la mémoire des jeunes amateurs et journalistes et leur faire comprendre le fossé qui existait entre le potentiel de terroirs extraordinaires et ce qu’en avait fait une génération de producteurs routiniers ou tout simplement incompétents. Dans le cas de la famille Courbet il n’y a rien à craindre de ce genre. Damien a converti son vignoble à la viticulture bio et de ses passages chez Olivier Merlin ou Olivier Zind-Humbrecht le sens du beau et du grand. On attendra avec impatience la mise en bouteille des superbes 2009 qui dorment encore sous leur voile. Et ses dernières mises de côtes du Jura vieilliront certainement avec la même autorité que ce prodigieux 1959 »

« VOIR LES VINS DE CE VIGNERON »

Catégorie

Bio